Reza ou le voyage de l’engagement

Les choses veulent que les deux derniers articles du blog se suivent… En effet, je me dois de vous parler du merveilleux cadeau que nous a fait Reza en étant présent à Albertville hier soir!

Découvert lors de mes recherches de mémoire puisque mon sujet m’avait conduit à étudier l’Afghanistan et plus particulièrement l’image de la femme dans un pays enlisé dans la guerre, j’étais déjà admirative du travail du photojournaliste alors quand j’ai lu qu’il serait parmi nous en Savoie je ne pouvais pas manquer cette occasion. Cet été à Bastia, j’avais retrouvé la beauté et la force de ses clichés au travers l’exposition « Fenêtres de l’âme » dans la cour du palais des gouverneurs. J’étais ravie de pouvoir voir tout ces fabuleux clichés chaque matin en me rendant au travail et je me considérais comme privilégiée de pouvoir observer du haut du palais nos nombreux visiteurs interpellés par ces photos engagées. Alors entre Corse et Savoie, la boucle aura été bouclé.

Invité de la première Université populaire du voyage, Reza a abordé au travers ses clichés le thème du voyage de l’engagement. Un grand moment qui je l’espère en annonce bien d’autres.

En tout cas, le prochain rendez-vous est déjà fixé, il aura lieu le 31 janvier prochain: une soirée gratuite et accessible à tous car c’est là un des principes de l’Université populaire du voyage qui portera sur « Les routes de la Soie aujourd’hui, ou l’Orient revisité ». Jean Jospeh Boillot sera de la partie. Alors d’ici là bon vent et surtout n’oubliez pas de réserver une place pour ce nouveau voyage…c’est par ici: http://www.universite-populaire-du-voyage.com/

Et pour l’anecdote parce que celle-ci est vraiment belle… en écrivant cet article, un petit oiseau m’a surprise assise à mon bureau. Il me regardait au travers de la fenêtre. Puis, vînt l’envol…  Clin d’oeil à Reza? Les admirateurs de son travail comprendront.

Publicités

Festival du Grand Bivouac: Reprendre la route!

Comme chaque année, la ville d’Albertville accueille le festival du voyage et des rencontres partagées que l’on connaît sous le nom de « Grand Bivouac ». Ecrivains, voyageurs, personnalités plus ou moins connues et curieux sont conviées à un beau moment de partage et de découverte sur plusieurs jours.

Pour cette édition 2013 (la 12ème! ), les organisateurs nous proposent de « reprendre la route ».  Reprendre la route…Une chose plus ou moins simple …

Un rêve qui peut demeurer inexaucé. Jusqu’à ce que le ras-le bol, l’envie d’ailleurs se fasse plus forte. Jusqu’à ce que la volonté, le courage, le désir d’être enfin soi-même nous guide quant au chemin à emprunter. Et si nous n’avions tout simplement pas envie un jour, parce que la nature est ainsi faite et nous y pousse, de revenir aux choses vraies, à la simplicité, à la vie?Un petit quelque chose qui nous amène à vouloir découvrir la terre d’un autre. Peut-être pour mieux re-découvrir la notre?

On vous quitte sur ces mots du Président du Grand Bivouac…

« Non, si nous le voulons, le monde n’est pas foutu. Ici et ailleurs, il est temps de reprendre notre route. »

Jean Moulin et Albertville

Il y a 70 ans, le 27 mai 1943, le Conseil National de la Résistance (CNR) était créé. A sa tête, Jean Moulin.

Un article pour rendre hommage à l’homme qui l’a été, à toutes les valeurs qu’il a porté et qui ont été à l’origine de la création du CNR.

Par ces temps de crise tant politique, économique que moral, il est bon de se souvenir du combat qu’ont mené des hommes à une époque pas si lointaine, pour la Liberté.

Sans doute le savez-vous, Jean Moulin a été sous-préfet d’Albertville.

En obtenant ce titre, il devient le premier plus jeune sous-préfet de France.

Nous sommes en 1925, Jean Moulin a alors 26 ans.

Huit ans plus tard, « Rex » alias « Max »  est arrêté par la Gestapo à Caluire.

Il meurt dans le train qui le transporte en Allemagne.

Les « cendres présumées de Jean Moulin » reposent aujourd’hui au Panthéon.

A Albertville, le lycée Jean Moulin lui rend hommage.

100_4468100_4518